Deux gamelles de presque un litre chacune, un poids et une position qui sont aussi éloignées de ma conception de la moto que les émissions de C8 peuvent l’être de la décence et un tarif qui sera assurément scandaleux. Rien dans le concept R 18 de BMW ne devrait susciter mon intérêt. Et pourtant.
Ce n’est pas parce que ce genre de motos m’indiffère au plus haut point que les premières photos du concept quasi final ne sont pas intéressantes.

Passons sur le nom, qui rappellera à certains les voitures qui circulaient à une époque sur nos routes, quand les designers parvenaient à rendre leurs productions aussi moches que fades, ce qui n’est pas un mince exploit.
Les premières photos, volées avec un certain consentement de la part du constructeur qui s’assure ainsi une couverture media à peu de frais, laissent apparaître un élément rarement vu sur des modèles de développement.

Moto BMW R 18, le Cruiser - Photo RideApart
Moto BMW R 18, le Cruiser — Photo RideApart

Un imposant capteur

En furetant sur vos sites favoris, vous trouverez des infos précises sur la motorisation, les radiateurs, les échappements ou les compteurs de cette R 18 qui sera disponible en bagger ou en cruiser, clairement destinée pour le marché US. Et c’est justement sur les photos de ce dernier qu’un élément absent des premiers croquis me semble révélateur.

Vous voyez cet immonde furoncle au niveau du phare ? Non, pas sur les côtés, ça, c’est le carénage… Juste entre le phare et le pare-brise. C’est trop gros pour être une caméra et c’est presque trop bien intégré pour être là dans le seul but du développement. En ces temps d’électronisation à outrance des nouveautés motorisées, je parie sur un capteur de distance couplé au régulateur de vitesse. Le but ? Que la moto adapte sa vitesse au véhicule qu’elle suit grâce à ce radar embarqué. Comme dans les voitures en fait.

Premièrement, BMW a “un peu” la maîtrise du sujet vu qu’ils conçoivent et vendent surtout des voitures. Deuxièmement, une autre marque allemande fabrique et fournit tous ces capteurs électroniques, en faisant même sa spécialité aux côtés de son activité de manufacturier : Continental, qui a présenté ce qu’ils pouvaient faire lors du Salon de Milan 2018. Enfin, et c’est sans doute le principal, BMW tient là un énorme argument marketing. Sur les grands axes, une fois le régulateur enclenché, la R 18 pourra ralentir ou accélérer selon la vitesse du flot de circulation ainsi que (au choix) :

  • anticiper un fort ralentissement pour rendre le freinage pour rapide/puissant
  • alerter le pilote par une alerte visuelle/sonore (merci le Bluetooth)
  • commencer à actionner le frein arrière pour asseoir la moto et éviter le déséquilibre quand le pilote fera un freinage réflexe en écrasant le levier droit

On pourra objecter que ce n’est qu’un capteur temporaire, relié aux ordis rangés dans le top-case visible à l’arrière. Mais l’occasion est trop belle pour BMW de proposer ça avant ses concurrents en pouvant axer sa communication sur le surplus de sécurité offert à ses clients. Enfin, offert… D’autant que par la suite, ce capteur de distance pourra intégrer toute la gamme s’ils parviennent à le miniaturiser un peu, aux côtés de l’ABS ou du contrôle de traction. Et là, un paquet de motards urbains pourraient être séduits.

On pourra débattre sans fin sur l’utilité d’autant d’électronique embarquée sur nos deux-roues mais si ce capteur est bien ce qu’il semble être, la généralisation sera massive car les autres marques dégaineront sans tarder.